Souvenirs de Yohann Rangdet :

Je m’en souviens comme si c’était hier de mon premier but en Ligue 2 : nous jouions à  la Licorne, à  Amiens. Nous menions déjà 3-0 et j’avais alors conclu la marque après être rentré en cours de partie. J’étais doublement content de marquer ce but : d’un, car c’était mon premier en «pro A», et de deux, parce que c’était un but en finesse, comme je les aime (bien qu’il puisse paraître chanceux, j’ai fait exactement le geste que je voulais réaliser). Je fais un appel dans le dos de la défense (de la gauche vers la droite) ; James (Fanchone) me lance alors en profondeur ; je me retrouve en face à face avec le gardien. Je le crochète et, voyant revenir un défenseur à toute vitesse, je décide de croiser mon tir, ce qui prend ce dernier à contre-pied. Je suis fou de joie (même s’il y a 4-0) !

La première de mes deux années au MUC 72 a été celle de l’apprentissage. J’ai découvert le monde professionnel (en tant que joueur de l’équipe première) : ses exigences, sa médiatisation, mais aussi sa concurrence (Cousin, Samson, Drogba, Fanchone, Thomert). J’ai donc peu joué mais beaucoup appris au côté de ce «beau monde» (c’est peu de le dire) !

Saison 2001-2002 par James Fanchone

Après un début de saison très difficile, on passe la deuxième moitié de saison dans le haut du classement. On jouait alors pour la montée sur la fin du championnat. Je me souviens du match contre Caen à domicile. Si on gagne ce match devant le stade Bollée rempli, on reste dans la course pour la montée. On perd 2-1 et on était super déçus. Xavier Gravelaine est venu me voir après la rencontre pour me réconforter, me dire qu’on était jeunes et qu’on aura l’occasion d’accéder à la L1. L’année suivante on montait.

tata

Saison 2001-2002 par Jérome Erceau

On démarre très mal la saison jusqu’a etre derniers du classement au tiers du Championnat. Puis il y a eu des match clee qui nous ont remotives. Les matchs contre Strasbourg et Le Havre a domicile par exemple. Alors on ne prend plus de buts et on remonte le classement de manière spectaculaire pour revenir dans le haut du classement et jouer la montée.

L’avant dernière journée, on reçoit Caen à Léon Bollée devant 12 000 spectateurs. Alors 5e, il y avait une possibilité de rejoindre le trio de tête a condition de battre Caen qui fait alors une remontée spectaculaire. Alors que nous tenions le match nul, Xavier Gravelaine alors capitaine de Caen tire un coup franc de 40m. Il y avait un soleil aveuglant qui a trompe Olivier Pedemas, le ballon filant en lucarne.  Je pense que l’on perd la montée sur ce match la. Cependant, je pense que nous avons préparé la montée de la saison suivante avec l’expérience que nous avons accumule. On avait un groupe de très bons joueurs avec Samson, Thomert, Haddadou.

Le Mans reste un très bon souvenir. Nous avions une bonne réputation, même lorsque le club évoluait en D2. Marc Westerloppe prônait le jeu. On nous reconnaissait une identité de jeu. C’est certainement cela qui a permis au club d’accéder a la L1. Le Mans reste une très belle expérience ou j’ai pu pendant 3 belles années côtoyer de beaux joueurs.